Quauques articles
tirats de la premsa parlafrancés o parlaoccitan...


Le Journal de Saône et Loire 07 de julhet de 2005: PPublic enthousiaste et nouveau succès à Anost, per F.-X. Gomez

Libération 15/16 de heurèr 1997: Philippe & Jean-Michel Espinasse, Camins, per F.-X. Gomez

La Setmana : Camins, per D. Gròsclaude

La Dépêche du Midi 20 juin 1996 : Les lumineux "Camins".

Trad'mag Sept/Oct. 1996 : Frères Espinasse : Gueules de boha, per Jacme Gaudàs.


Philippe & Jean-Michel Espinasse

Camins (Célia/Musidisc)

Dans la famille des cornemuses, on connait davantage les instruments celtes que leurs cousins d'Occitanie. L'échantillon que donnent à entendre les frères Espinasse est d'une étonnante variété : cornemuses au son plus ou moins ample, variantes locales comme la boha, jouée dans les Landes, ou la bodèga de la Montagne Noire, faite d'une peau de chèvre entière. Certaines sonnent comme un orgue d'église, d'autres ont un timbre âpre et aigrelet.

Bourrées, scottish et mazurkas composent un répertoire de "Dance Music du terroir" souvent collecté auprès de vieux inteprètes. De la combinaison d'instruments nait une grande richesse de sonorités qui dérivent vers d'étranges polyphonies. La réussite de Camins ("chemins") doit beaucoup au travail de Michel Dasque (claviers et programmation), qui a su éviter les écueils et les excès président souvent aux noces du folklore et de l'électronique (exemple : la grandiloquence new age d'une partie de la musique bretonne actuelle). A la fois respectueux de la tradition et ouvert au monde, Camins s'achève sur la pirouette Al'Bret et son break de piano funky.

François-Xavier Gomez
Libération - 15/16 février 1997


Camins

Los dus hrairs Espinassa, Joan-Miquèu e Felip, an decidit de sortir las bohas e bodègas e de mesclar tot açò per plenhar lo lor CD titolat "Camins".

Los instruments vienguts de regions diferentas dab sonoritats diferentas lo tot plan adobat dab creacions e represas d'aires tradicionaus. Lo dangèr dab un disque atau que seré estat de voler a tota fòrça "har modèrne" o "har tradicionau". Aci los hrairs Espinassa que s'i son escaduts. Pas tròp de sons sintetics, pas tròp de bateria, juste çò qui cau. Pas tanpauc de volontat de har tròp rustic.

Qu'an demandat a un vintenat d'amics musicians bohaires de tot escantilh, de'us viéner balhar un bohet d'aire. Qu'an volut los sons d'aqueths instruments qui d'autes còps avèvan sengles territòris e qui ne's rencontravan pas sovent. Los rencontres se fan tanben suus camins.

D. Gròsclaude
La Setmana


Les lumineux "Camins"

Le nouveau CD des frères Espinasse.

Il ne manquait pas un ami de la musique traditionnelle, pas un ami tout court des frères Espinasse hier après-midi au square Cuzin. Jean Michel et Philippe, le duo de cornemuses qui fait la firté de Pavie, présentaient leur dernier compact-disc, "Camins", enregistré cet hiver aux studios d'Albret à Vic Bigorre. Un disque pour lequel les frère espinasse ont réuni la crème des musiciens traditionnels de France et de Navarre (n'est-ce pas, Nadau ?). "Camins a bénéficié du soutien de la ville d'Auch. Le maire, M. Claude Desbons a félicité les frères Espinasse pour leur esprit créatif toujours en éveil. A noter que ce CD édité à Toulouse par Célia bénéficie d'une sortie nationale sous le label Musidisc. On peut se le procurer des aujourd'hui à Ultra-Son.

La Dépêche du Midi
20 juin 1996


Frères Espinasse

Gueules de boha

Cornemusiers de haut-vol, musiciens de chantiers, oeuvriers multipistes tout terrain, Jean Michel et Philippe Espinasse abordent avec leur CD "Camins" une nouvelle voie vers la tradition à renouveler cada matin. Tels des compagnons d'Euterpe, Ils poursuivent leur chemin de ronde qui les mène de de ville en village, de scène en passa-carrièra dans des aventures, des confrontations, des matches à vivre intensément. Bien calés dans leur époque et dans leurs santiags, ils se font défricheurs, déchiffreurs, avec eux la musique traditionnelle se trempe dans un bain de jouvence teinté au blues gascon et au rock outre-mer Atlantique. Rondèu, mazurka, bourrée, scottish & Co. boulèguent les désirs de danse et la modernité ancestrale apparaît avec toute sa portée.

Non contents d'être de remarquables souffleurs, les frangins se révèlent d'excellents compositeurs. Puisqnt dans le vivier des folklores, ils pétrissent, façonnent des mélodies à faire palier tous les adeptes de trad'envie, démontrant au passage l'universalité du local. Sur Camins, les frères Espinasse nous embarquent dans un univers musical travaillé, conjugué au futur antérieur.

J. Gaudàs
Trad'mag n°49 sept./oct. 1996.


Un navèth CD

Lèu un navèth disc deus hrairs Espinassa. Los nostes dus musicians deu Gèrs, qu'avèvan dejà sortit un CD titolat "Camins". Que i trobàvam dessús tròces de musicas on las bohas, de Gasconha e d'aulhors, avèvan ua plan bona plaça. Que sembla que lo duò Espinassa sortirà abans l'estiu aqueth navèth CD. Qu'es enregistrat, manca lo mesclatge. Que serà un CD puslèu ròck damb creacions navèras e tròces tradicionaus. I aurà instrumentaus e cançons, un detzenat de títols en tot. Los dus hairs Espinassa qu'an enregistrat a Pujò en los Pirenèus Hauts. Vertat que los dus bohaires non mancan pas de tribalh per aquestes jorns. Lo 20 de mai seràn sus l'empont de l'Olympia entà i acompanhar lo grop Nadau.

D. Gròsclaude
Territoire(s) Gers. Mai 2000


Anost
FESTIVAL DES CORNEMUSES D'EUROPE
Public enthousiaste et nouveau succès à Anost

Décidément, le festival des cornemuses d'Europe n'a pas fini de nous surprendre. Chaque concert apporte son lot de nouveautés tant par les instruments que par les sons et montre chaque soir les multiples facettes de la musique populaire.
Dans l'église presque pleine le public ne s'y est pas trompé et a fait une véritable ovation aux deux groupes, la Gascogne d'abord et la Galice ensuite pour laquelle il a affiché sa préférence. Les Raparigos de Galice (Espagne), est un groupe de grande renommée qui a une forte expérience des fêtes populaires et des concerts. Dans leur pays confie Raphaël Thiéry, président de l'UGMM, leurs concerts réunissent 10000 personnes, nous y étions invités et nous l'avons constaté. Il voit en eux : " Des musiciens porteurs de la musique de Galice à l'état pur, qui vivent la musique de leur pays qui ont un sens inné de l'accueil et de l'échange. " La musique fait partie intégrante de la vie des Espagnols. Parmi les musiciens du groupe, on remarquait Anton Varela à la gaïta (cornemuse espagnole) qui est en plus dans son pays un grand fabricant de cornemuses.
De son côté, le trio Espinasse, nous a entraînés dans la musique de Gascogne aménagée et réinventée, trouvée dans le collectage auprès des anciens auprès de qui ils ont appris l'art de la musique spontanée. Les frères Espinasse Philippe et Michel jouent de la boha, cornemuse landaise qui aurait été importée au 19e siècle par les prisonniers Slovaques dans les camps d'emprisonnement napoléoniens situés dans les Landes. Légende ou vérité ? Elle a en tous cas des points communs avec la cornemuse slovaque.
Musiciens de la 1ère génération folk, ils ont débuté en 1979 dans le jazz rock avant de prendre l'itinéraire de la musique Trad. Ils sont accompagnés aux percussions par Coco Le Meur au Steel Drum (tambour d'acier). Un tambour inventé dans les années 1930 à La Trinidad (où il a vécu son enfance). Une sorte de grand tambour réalisé à partir d'un fût de pétrole, embouti, façonné, avant d'être accordé. Un instrument aux sonorités nouvelles venues d'ailleurs et qui s'intègre parfaitement à la musique populaire. Un beau spectacle qui a ravi l'auditoire dont, Alain Vieillard, vielleux, conteur, écrivain, un connaisseur : " C'est une soirée intéressante tout à fait dans l'esprit des cornemuses d'Europe. On y entend des sonorités nouvelles différentes de notre propre culture musicale. C'est toujours enrichissant de recevoir des gens de l'extérieur. La Gascogne joue d'une façon différente de la notre et la Galice à un punch extraordinaire, une qualité de jeu de très haut niveau, une vraie nation de cornemuse. " La soirée s'est conclue par un bal animé en 1ère partie par le trio Espinasse relayé par les Accroch'notes, musique Trad du Morvan et du Bourbonnais.
Un bal très très animé ou d'autres musiciens se sont joints à la fête.
http://www.lejsl.com/setl/20050707.JSA0464.html?1147


Le Journal de Saône et Loire. 7 juillet 2005




© Duò Espinasse, Libération, La Setmana, La Depêche, Trad'mag.
realizacion OccitaNet